AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 R.j Kennedy ; Professeur {uc

Aller en bas 
AuteurMessage
R.j Kennedy

avatar

Nombre de messages : 541
Age : 24
Sang : Pur.
Age (RP) : 35 Ans.
Sexe (RP) : M.
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille Sorcier
Don: Nothing
Rang Spécial ( Joueur de Quidditch,... ): Gryffondor.
Bloc-note:

MessageSujet: R.j Kennedy ; Professeur {uc   Mar 11 Nov - 15:09

    I. Fiche d'identité
    Nom : Kennedy
    Qui ne connait pas cette immense famille provenant des îles britanniques qui occupe près de la moitié du ministère et possède une fortune inestimable... ? Il n'est pas rare de croiser un Kennedy lors d'un rencontre internationale de Quidditch, et encore moins dans les rangs des Aurors. Elle a été fondée il y a quelques décennies, et autant dire que leur sang est pur comme blanche est la neige...

    Prénom(s) : Ralph John Addison
    Ralph est un prénom typiquement britannique, que ses parents ont du choisir sans véritable raison mis à part son esthétisme. John est le prénom de son père, et Addison le nom d'un très célèbre mage mort avant même que vous naissiez, pauvres élèves.
    Bien évidement, pour vous ce sera Monsieur Kennedy, et rien d'autre.

    Surnom(s) : Vous n'aurez même pas ouvert la bouche que vous serez déjà collé et aurez fait perdre cinquante points à votre maison. Je vous préviens simplement.
    Âge : Il a eu trente cinq ans sous peu, mais autant dire qu'il en fait beaucoup moins.
    Sexe : Masculin
    Sang : Pur.
    Sa famille est très attachée à la pureté de leur sang, qui leur a permit maintes fois de monter dans la hiérarchie du ministère ou même de faire respecter leur place dans la société. Ralph, a vrai dire, en est fière, mais est loin de saquer un de ses élèves uniquement parce que ses aïeux sont moldus.

    Date de naissance : 11/11/1973.
    Une date fériée très importante chez les moldus, le onze novembre. Un peu glauque à vrai dire vu qu'elle célèbre la fin d'une guerre et la mort de milliers de soldats.

    Nationalité(s) : Britannique.
    Mr Kennedy est née sur l'ile de Wight, en Angleterre.

    Orientation sexuelle : Inconnue ; Sa vie privée, naturellement inaccessible à ses élèves, est complètement constituée de conquêtes d'un soir, deux avec un peu de chance. Et il ne s'en plein pas, bien au contraire.

    II. Etudes
    Examens : Il a obtenu tant bien que mal tous ses examens, BUSES et ASPICS. A vrai dire, il ne s'était pas foulé, se contentant de vomir les quelques phrases bourrées dans son crâne qu'avait prôné ses anciens professeurs... Et on se demande pourquoi il a voulu devenir prof.
    Matière enseignée : Défense contre les forces du mal. C'était la seule matière où il a obtenu un Optimal à ses examens, exceptionnel pour l'élève qu'il était.
    Activité : Professeur et sous-directeur de Poudlard à ses heures perdues.
    Attirance : A part les jolies filles, hum ?

    III. Monde magique
    Baguette : 27 cm, bois de pommier et crin de sombral.
    Patronus : Un Opaloeil des antipodes, espèce originaire de Nouvelle-Zélande immense et magnifique.
    A la différence des autres Dragons, les Opaloeil habitent les vallées plutôt que les montagnes. Ils sont d'une taille moyenne et pèse de deux à trois tonnes ; il est couvert d'écailles iridescentes et nacrées et ses yeux sans pupilles, étincelants de reflets multicolores, lui donnent un regard opalin qui lui a valu son nom. L'Opaloeil souffle une flamme rouge vif mais comparé aux autres Dragons, il ne se montre guère agressif et ne tue en général que pour se nourrir.

    Epouvantard : N'esperez jamais influencer votre professeur en utilisant des pratiques vicieuses...

_________________
Ralph John Kennedy


Dernière édition par R.j Kennedy le Mar 11 Nov - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.j Kennedy

avatar

Nombre de messages : 541
Age : 24
Sang : Pur.
Age (RP) : 35 Ans.
Sexe (RP) : M.
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille Sorcier
Don: Nothing
Rang Spécial ( Joueur de Quidditch,... ): Gryffondor.
Bloc-note:

MessageSujet: Re: R.j Kennedy ; Professeur {uc   Mar 11 Nov - 15:57

    Prélude
    Chaque cellule d'un être humain est composé de 23 paires de chromosomes, soit 46 chromosomes. Chez les moldus, avoir un cariotype qui possède 47 ou 45 chromosomes provoque des troubles et déficiences mentales ; cependant, chez les sorcier, c'est différent. Ceux dotés d'un chromosome en plus auront une qualité physique ou morale surdéveloppée. Les quelques rares sorciers en ayant trois sur la paire 23 sont dotés d'une intelligence, d'une force physique et donc d'une puissance magique phénoménale, qui peut devenir très dangereuse pour eux-même et pour les autres si ils ne la contrôle pas. C'est le cas de Ralph John Kennedy.

    Ses talents magiques sont apparus très jeunes, alors qu'il n'avait encore que deux ans : il lui arrivait parfois d'être prit de convulsion et alors n'importe quel objet qui était à sa proximité tombait en poussière ou pire explosait. Cependant, ces remous de puissance menaçaient son corps chétif, et il fut souvent transporté d'urgence à la clinique de St Mangouste, inconscient. Dès ces jours là, il dû apprendre à contrôler cette étrange puissance, pour éviter le pire.
    Plus tard, en classe à Poudlard, sa brillante intelligence lui permettait de comprendre très rapidement l'essentiel du cour et de mémoriser le plus important ; il passait donc le reste de l'heure à s'ennuyer ou à faire l'imbécile, alignant les heures de colle et les sales note, et s'accaparant de l'étiquette du cancre, bien qu'il fut l'élève le plus doué que l'école n'est jamais été dotée.


    Chapitre un : l'enfance & la pré-adolescence
    L'enfance est le trou noir où l'on a été précipité par ses parents et d'où l'on doit sortir sans aucune aide. Mais la plupart des gens n'arrivent pas à sortir de ce trou qu'est l'enfance, toute leur vie ils y sont, n'en sortent pas et sont amers.

    Trois cent cinquante mille enfants naissent chaque jour de part le monde. Qu'ils soient noirs, blanc, rouges ou autre, ils provoquent un raz de marée de joie autours d'eux, dérident les plus sobres et attendrissent les plus indifférents. Il fallait que sur ce onze novembre 1973, un enfant soit non pas une source ruisselante de joie mais la clé d'un immense conflit familiale.

    Treize novembre 1973, discussion entre Mrs Kennedy et un inconnu du rang familiale.
    « Et qu'est-ce qu'on va faire, nous maintenant ? Tu veux dire que cet enfant est la preuve conqurête de votre rupture ?
    Dans une des chambres de l'hôpital St Mangouste, quelque chose qui ressemblait à une scène familiale était en train de se produire. Les couloirs étaient vides, calmes : il devait être deux ou trois heure du matin. Dans la pièce, un bambin dormait paisiblement.
    - Tu sais très bien que tu ne peux pas le reconnaître enfin, ne soit pas idiot ! D'ailleurs, qui te dit qu'il est le tiens ?!
    Une jeune femme, cynique, singeait et répondait effrontément à un homme de près de dix ans son ainé qui semblait très agité.
    - Je suis mariée ; et je l'ai toujours été. Même dans ton lit. Ne l'oublie pas. »
    Et elle se détourna de l'inconnu qui semblait effondré.

    Deux mai 1979, dans le jardin des Kennedy.
    Un garçon d'une demi-douzaine d'années courrait après un ballon, comme si sa propre vie en dépendait. Il glisse, se penche, l'attrape puis se redresse, fier. " Et c'est toujours les Flèches d'Appleby qui mènent face aux Canons de Chudley, 120 à 30 ! " Il adressa un sourire victorieux à son équipe, le poing en l'air, puis après le coup de sifflet de l'arbitre l'élança derrière son Souaffle rouge, et...
    « MONSIEUR KENNEDY ! Ce n'est pas la moment de jouer, vous êtes censé étudier !
    Une vieille pie, sous doute bonne dans le fond mais aigrie par les années se dressa devant l'enfant qui lâcha sa balle, penaud.
    - La prochaine fois que je vous surprend faire autre chose que ce qu'il vous est demandé, je vous descend aux cachots ! »
    Aah, la punition suprême. Surement que cette mégère n'oserait jamais l'appliquer sous peine de recevoir les foudre de Mrs Kennedy. Mais ça, l'enfant ne le sait pas, et, apeuré, retourne en courant dans la véranda de l'immense château de pierres.

    Dix-huit juin 1979, dans l'antichambre familiale.
    « Maman ? Du moins, mère...
    Une femme à la beauté éblouissante se redressa, et jetta un coup d'œil vague au bonhomme qui est censé être son fils. Si elle s'en rappellait encore après sa dure journée de travail.
    - Oui mon ange...
    Le petit garçon se dessina un sourire sur ses lèvres parfaite. Elle l'a appelé "Mon ange !"
    - Pourquoi ne vais-je pas dans une école de moldus, comme tous les autres ? Pourquoi est-ce que je reste tout le temps ici et que je ne sors jamais du château ? Dis-moi ?
    La mère abandonna ce qu'elle était en train de faire et soupira, impuissante.
    - C'est trop compliqué pour toi, Ralph... Si seulement tu savais, enfin, si seulement tu pouvais comprendre... »
    Et elle se renferma sur elle-même, durcissant ses doux traits de visage comme elle a si souvent l'habitude de le faire pour percer dans un milieu d'hommes. Elle essaye d'oublier sa progéniture unique, s'éloignant le plus discrètement possible de lui pour appeler la gouvernante, si affectivement surnommée "la vielle pie" par le garçonnet.

    Ralph a eu une enfance plutôt difficile, coupée du reste du monde et caché des autres enfants. Il a toujours vécut seul ( Du moins, avec sa gouvernante, mais si seulement on pouvait appeler ça une présence... ) ; ses parents avaient préféré qu'il étudie les matières scolaire dans leur château plutôt qu'il côtoie des moldus. Pas par pure haine raciale, non, bien qu'ils étaient attachés à la pureté de leur sang ; c'était juste que tant que leur fils ne possédait pas de baguette, il serait toujours suspecté dangereux part les hautes autorités du monde magique.

    Vingt-deux aout 1984, quatorze heure vingt et une, chemin de Traverse.
    L'ambiance aurait pu être beaucoup plus conviviale si l'allée du chemin de Traverse avait été occupée comme à son accoutumée. Cependant, les parents du jeune garçon avait préféré une très forte somme d'argent au ministère qui avait fait pression pour que ces ruelles soient ouvertes uniquement pour la famille Kennedy. Chose dite, chose faite, un jeune homme de onze ans marchait d'un pas joyeux, émerveille par tout ce qu'il voyait : des grimoires de toutes matières, des boules de divinations multicolores, des animaux magiques plus effrayants les uns que les autres, des baguettes luisantes...
    « Par quoi commence-t-on ? demanda-t-il d'une voix guillerette.
    - Demande à ta mère, grommela l'homme qui semblait être son paternel, obnubilé par un exemplaire du Daily Wizzard. Cette dernière soupira, puis prit la main de son fils et l'emmena vers la première boutique qui semblait correcte. Elle proposait plusieurs types de robes de sorciers, noires et sobres pour la plupart.
    - Donnez moi le plus beau et la meilleurs qualité, intima Mrs Kennedy à la vendeuse. Une robe de chaque type : pour l'intérieur, l'extérieur, le Quidditch, le bal, et j'en passe...
    - Quels teintes ? sussura-t-elle. Un beau jeune homme comme toi, plein de vie, ne peut être qu'à Gryffondor...
    - Il n'a pas encore été répartit, la coupa la mère. Dépêchez-vous.
    Les lèvres pincées, la femme tout juste ménopausée emballa une bonne quinzaine de robes d'un geste brusque de la baguette.
    - Cinq cent cinquante Gallion et trente Mornilles, je vous prie.
    - Vous verrez tout ça avec mon mari. Il va arriver.
    Aussi vite qu'elle avait expédiée la marchande, Mrs Kennedy tira la main de son fils contre elle et l'extirpa de la boutique éclairée. Pas de quoi en faire en drame.

    Vingt-deux aout 1984, dix-huit heure pile, chemin de Traverse.
    Enfin, le parchemin des fournitures avait été respecté, et tout le matériel scolaire nécessaire à un première année à Poudlard avait été acheté. Même le moins nécessaire d'ailleurs ; toujours dans les meilleurs - et les plus chères ! - des marques. Il ne restait plus qu'à lui trouver une jolie baguette et Ralph serait fin prêt.
    Le petit cocon familiale se dirigea vers une boutique sombre et oppressante : celle d'Olivander. Le meilleur des fabricants de baguettes, à ce qu'on dit. Le vieil homme courbé était en train de nettoyer patiemment ses lunettes en murmurant des mots dans sa barbe quand la petite cloche d'entrée tinta. Il leva les yeux.
    « Bienvenue dans mon antre, mes très chers Mr et Mrs Kennedy... Sans oublier leur fils...
    Il serra la main du père et baisa celle de la mère, tout en gardant le regard bloqué sur leur progéniture.
    - Je vais de suite vous apporter quelques baguettes...
    D'un sortilège simple, il fit poser une bonne dizaine de boites sur son comptoir, qui s'ouvrirent dans un ordre et un rythme parfait.
    - Bois de sureau, bois d'if, bois d'olivier, bois d'oranger, pose ta main ici mon garçon, plume de phénix, crin de licorne, ventricule de dragon, mais arrête de bouger, je prend des mesures ! dent de strangulos, corne de dragon, bois d'acacias...
    Ralph restait immobile, comme pétrifiée par la baguette du marchand qui tournait toute seule à une vitesse phénoménale autours de lui. Soudain, elle mit fin à son étrange danse, retournant docilement dans la poche de son propriétaire.
    - Etrange, bien étrange, mon garçon... Je ne pensais pas pouvoir vendre cette baguette ; cela doit bien faire trente ans que je l'ai crée, et elle ne semblait - jusqu'à aujourd'hui ! - avoir trouvé personne à son niveau. Le bois de pommier ; symbole du choix et de la beautée avec un crin de sombral, mélange bien explosif... »

    Ralph a toujours été un môme agréable, calme quand il le fallait, enthousiaste quand il le voulait. Il n'a pas vraiment causé de soucis à ses aïeux, mis à part la quantité d'or inimaginable qu'ils ont dépensé pour lui. Toujours habillé très classe, style bon chic bon genre ; jolis polos Ralph Lauren ( Quelle coïncidence dans le nom ! ), chemises Tommy Hilfinger, et j'en passe... Des marques moldus très célèbres, et surtout très chères. Toujours la meilleure qualité pour ses jouets, ... ; peut-être afin de lui faire oublier son étrange famille ?

    Premier septembre 1984, Grande Salle.
    Enfin, ils y étaient. Le grande, l'immense, l'attendu Poudlard était enfin à la portée de leurs petites mains fébriles. Ils allaient enfin devenir des porteurs de baguette ; des vrais.
    Ralph était entouré d'une bonne demi-douzaine d'élèves, des amis à lui. Etrange, qu'un gamin comme lui qui n'est jamais sortit de son manoir est autant de bonnes connaissances... Il souriait, riait, s'amusait. Comme toujours : un gamin pleins de vie qu'c'était, qu'j'vous dis.
    « Bien, arheum. Nous allons maintenant entamer la cérémonie de répartission, qui, comme je vous...
    Etcetera, etcetera. On connait la mélodie, merci ; enfin, pas les premières années, ce qui explique leur air ahuri et leur concentration étonnante à boire les paroles du directeur.

    - Nous arrivons à Kennedy, Ralph John Addison Kennedy.
    Il se leva, et d'un pas assuré s'avança vers le centre de l'attention. Il prit le Choixpeau entre ses longs doigts fins, le posa délicatement sur son crâne et attendit patiement son verdict, détendu. Qu'il soit à Serdaigle ou Gryffondor, au moins il ne sera pas à Serpentard.
    - Huum... Un jeune homme intelligent, très intelligent... Qui surement mériterais sa palce parmis les très doués élèves de Serdaigles... Mais ? Que vois-je ? Ne serait-ce pas une pointe de courage, de bravoure ? Une certaine imprudence ? Toujours prêt à soutenir ses amis, ses rares amis... J'hésite... Un bon caractère, huum... * Il se tut un moment * GRYFFONDOR !
    Un raz-de-marée de rouges et ors l'acceuillirent en poussant des beuglement incivilisés.
    Bienvenue à Poudlard, dans le monde des grands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.j Kennedy

avatar

Nombre de messages : 541
Age : 24
Sang : Pur.
Age (RP) : 35 Ans.
Sexe (RP) : M.
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille Sorcier
Don: Nothing
Rang Spécial ( Joueur de Quidditch,... ): Gryffondor.
Bloc-note:

MessageSujet: Re: R.j Kennedy ; Professeur {uc   Ven 14 Nov - 23:22

    Chapitre deux : l'adolescence
    Rien de plus terrible, quand on a été un enfant de talent, de n'être plus qu'un adolescent qui se cherche.

    Vingt-trois décembre 1987, dans la salle commune des Gryffondor.
    La salle commune est presque vide ; la plupart des élèves sont rentrés chez eux pour les vacances de Noël, et les autres sont descendus dehors, à se courrir après dans la neige. Humpf.
    Cette année, comme les précédentes, Ralph n'avait pas tenu à rentrer chez lui : oh, bien sur, il adorait ses parents, sa maison, mais il se sentait bien plus à l'aise à Poudlard, son home sweet home. Il jeta un bref coup d'oeil vers la cheminée, son regard pénétrant se perdant dans les flammes...

    Vingt-quatre décembre 1987, dans les dortoirs masculins.
    « I wish you a merry christmas, I wish you a merry christmas, I wish you a merry christmas... !
    Rrh, chut, tais-toi. Laisse-moi dormir, satané agenda magique... Oh, il est déjà Noël !
    Brusquement, le jeune homme se redresse, frotte ses yeux endormis, puis bondit de son lit, Comme à l'accoutumée, ses cadeaux sont alignés devant sa malle, tous plus imposants les uns que les autres. Il jette un coup d'oeil autours de lui : comme d'habitude, il est un des derniers à se lever, et tous sont déjà descendus dans la salle commune. Lentement, pour garder le plaisir, il déchira les papiers cadeaux, laissant s'échaper un sourire de ses trais fatigués. Une nouvelle robe de bal de sa tante, La Bible du Batteur, de Brutus Scrimgeour de son cousin - joueur de Quidditch international, chez les Canons de Chudley -, énorme paquet de Chocogrenouilles de sa Grand Mère, une grosse bourse d'or de son père, toujours la même... Et le plus gros paquet, au dessus des autres. Intrigué, il le soupèse, le tâte, avant de se résigner à l'avoir. Du bois, des brindilles... Un balais ! Et pas n'importe lequel... Le dernier des Eclairs de Feu. Le plus cher, le plus rare. C'est ça, quand on est riche.

    Extrait de journal datant de mars 1989.
    Citation :
    " DERWENT KENNEDY Jr DECHU
    Le président sorcier du Magenmagot Derwent Kennedy Jr a été suspendu de ses fonctions pour des raisons obscures. plus de détails en page 26.

    Derwent Kennedy Jr, fils du bien connu Derwent Kennedy [...] a été radié du Magenmagot par l'unanimité de ses collègues. Selon le premier ministre, qui n'a d'ailleurs pas souhaité s'exprimer ouvertement devant notre reporter Cladia O'Wen, il s'agirait d'une sombre histoire de détournement de preuves dans le cadre de la liberation du fils de Tiberius Padwent, son éventuel rival au poste de Ministre de la magie. Le Magenmagot est en train d'étudier la libération de l'accusé [...] il semblerait bien qu'un pot de vin soit à l'origine de cette réponse inatendue.

    Trente et un mars 1989, discussions entre le directeur de Poudlard et Ralph.
    « La vie est un jeu, mon garçon. La vie est un jeu, mais on doit le jouer selon les règles.
    - Oui monsieur. Je le sais bien. Je sais.
    Un jeu, mon cul. Drôle de jeu. Si est du côté où sont les cracks alors oui, d'accord, je veux bien, c'est un jeu. Mais si on est dans l'autre camp, celui des pauvres cons, alors en quoi c'est un jeu ? C'est plus rien. Y a plus de jeu. »


    Ralph a vécut une adolescence assez délicate, entre les canard descendant son père, sa faible présence avec ses proches et ses notes lamentables, bien souvent critiquées. Il avait du mal à extérioriser ses pensées, et quand c'en était trop, ça explosait et causait beaucoup trop de dommages...

_________________
Ralph John Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.j Kennedy

avatar

Nombre de messages : 541
Age : 24
Sang : Pur.
Age (RP) : 35 Ans.
Sexe (RP) : M.
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille Sorcier
Don: Nothing
Rang Spécial ( Joueur de Quidditch,... ): Gryffondor.
Bloc-note:

MessageSujet: Re: R.j Kennedy ; Professeur {uc   Ven 14 Nov - 23:44

    Chapitre trois : vie adulte
    Au seuil de la vie adulte, il est important de croire que nous créons nous-mêmes notre propre destin.

    Curriculum Vitae
    Citation :
    Ralph John Addison Kennedy
    Londre

    35 ans, célibataire
    Nationalité britanique


    Formation
    A étudié à Poudlard de 1984 à 1991
    Obtenu un A à ses BUSES et un E à ses ASPICS
    A suivi une formation de 2004 à 2007 pour devenir professeur
    A postulé et a été accepté en tant que professeur de défense contre les forces du mal en 2008

    Expérience professionelle
    A travaillé au Bureau des Aurors, au ministère, de 1994 à 2004

    Langues
    Parle, lit et écrit l'anglais, le français, l'italien et le polonais
    A étudié le latin et le grecque

    Loisirs
    Quidditch ( a fait partie de l'équipe des Flèches d'Appleby de 1991 à 2004 au poste de batteur )
    Photographie, musique, littérature

_________________
Ralph John Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: R.j Kennedy ; Professeur {uc   

Revenir en haut Aller en bas
 
R.j Kennedy ; Professeur {uc
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ted kennedy on obama's camp!!!
» Professeur Binns
» Professeur Gérard V. Étienne est mort. Paix à son âme.
» U.S. Senator Ted Kennedy dies at 77
» Vioras Shynt [Professeur d'arme & Noble]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::   :: Registres-
Sauter vers: